. Le coude est composé de 3 os et de plus d’une vingtaine de muscles se rapportant au bras et à l’avant-bras. Lors de mouvements répétés, que ce soit au travail ou lors de pratique de sports, les muscles aux coudes sont soumis à de fortes tensions. Il serait donc faux de mentionner que ce problème n’arrive qu’aux athlètes! 

C’est quoi la différence?

« Tennis elbow » : L’épicondylite latérale survient lorsque les tendons des muscles qui font de l’extension sont inflammés.

  • La douleur se ressent du côté extérieur du coude et peut se propager jusqu’à la partie intérieure de l’avant-bras. La douleur peut apparaître graduellement ou brutalement après un effort musculaire ou lors de travail répétitif.
  • Il est possible de ressentir une faiblesse musculaire du côté blessé et des signes neurologiques (provenant des nerfs) tels que : chocs électriques, brûlure et picotement dans l’avant-bras jusqu’aux bouts des doigts. 

« Golfer elbow » : L’épicondylite médiale survient lorsque les muscles qui font de la flexion sont inflammés. 

  • La douleur se ressent du côté intérieur du coude et peut se propager jusqu’à la partie interne de l’avant-bras. La douleur peut apparaître graduellement ou brutalement après un effort musculaire ou lors de travail répétitif.
  • Il est possible de ressentir une faiblesse musculaire du côté blessé et des signes neurologiques tels que : chocs électriques, brûlure et picotement dans l’avant-bras jusqu’aux bouts des doigts. 

Les mouvements à risque

Pour l’épicondylite latérale (« tennis elbow »), on parle de : 

  • Tourner une poignée de porte
  • Taper sur un clavier et/ou l’utilisation mal adaptée de la souris d’ordinateur
  • Soulever une tasse
  • Essorer un linge mouillé
  • Visser et/ou dévisser
  • Prise d’objet ou de raquette trop serrée
  • Utilisation d’objets lourds avec vibrations
  • Mouvements du revers de la main

Pour l’épicondylite médiale (« golfer elbow »), on parle plutôt de : 

  • Refermer les doigts de la main ensemble
  • Fléchir le poignet (paume de main vers l’avant-bras)
  • Tourner le poignet et l’avant-bras vers l’extérieur ; paume de main vers le haut (appelé : mouvement de supination) 
  • Prise d’objets ou de bâton trop serré
  • Pratiquer un sport de lancer

Comment prévenir et qui consulter?

Tout d’abord, on suggère de changer souvent de posture de travail au courant d’un même quart de travail. L’ergothérapeute pourra aussi optimiser vos techniques de travail et les adapter à votre condition et réalité de travail. De plus, l’ergo pourra vous suggérer des étirement des muscles de l’avant-bras avant et après chaque activité nécessitant des mouvements répétitifs ou avec vibrations.

Par la suite, le kinésiologue pourra s’occuper de la portion renforcement en ciblant une amélioration de votre force de préhension (servant à prendre, tenir et serrer avec la main). Des exercices seront donc prescrits en fonction de vos besoins, du matériel à votre disposition à la maison et de vos objectifs. 

Finalement, afin de prévenir l’apparition d’une nouvelle douleur liée à la pratique spécifique du golf, une évaluation de votre technique de frappe en clinique pourrait être bénéfique. Certains de nos chiropraticiens sont formés pour vous aider à parfaire votre « swing » et à analyser ses moindres détails. Une excellente façon de se préparer pour la prochaine saison!

Texte par Kamille Thivierge, stagiaire en kinésiologie et appuyé par Évelyne MacIntyre, kinésiologue.